Introduction

Afin qu'il puisse répondre aux défis sociétaux (voir “curriculum”), un programme doit avant toute chose pouvoir renseigner sur:

- la contribution de la discipline à la mission de l’école et de la société en rapport avec l’éducation du jeune

- l’ancrage de la discipline dans le curriculum du jeune dans son ensemble

- la relation d'une discipline avec des disciplines annexes, c’est-à-dire son ouverture à la transdisciplinarité horizontale et verticale

Tous ces aspects sont définis comme finalités d’un programme et jouent un rôle de fondement conceptuel, sur lequel s'appuient les éléments de programme plus concrets comme la didactique, les thèmes traités ainsi que les modes d'évaluation pertinents retenus pour la discipline en question. 

Ainsi, les finalités renseignent par exemple sur les valeurs et l’image de l’élève véhiculées, ainsi que sur les apports que fournit l’enseignement d’une discipline eu égard au développement des compétences clés chez l’élève. Elles tiennent compte des objectifs d’une section, d’un ordre d’enseignement et des orientations globales du système éducatif, ce dernier étant tributaire du projet sociétal démocratique.

Visions

Le premier niveau des finalités représente les visions, idéaux ou philosophie de base à un niveau sociétal, professionnel et politique. Intégrer une vision dans un programme promeut au sein des acteurs de la communauté scolaire :

  • un sens commun et unifié d’une discipline donnée
  • une orientation à long terme d’une discipline
  • une conviction commune sur comment un programme/une discipline façonnera l’avenir des jeunes

Il relève donc d’une importance particulière car c’est au premier niveau que tous les autres niveaux doivent s’aligner afin de garantir une cohérence interne d’un programme donné. Dit simplement, on se pose la question : “Pourquoi enseigner cela ?”. Cette question doit trouver une réponse claire et adaptée aux besoins de tous les “stakeholders” : l’ensemble de la communauté scolaire, mais aussi la sphère politique et professionnelle.

D’après une recherche extensive de la littérature internationale sur le développement curriculaire, nous avons retenu 5 visions du jeune pour inviter à la discussion et inspirer les développeurs de programmes :

  • le jeune confiant
  • le jeune connecté
  • le jeune curieux
  • le jeune créatif
  • le jeune citoyen

Pour de plus amples explications, veuillez cliquer sur l'image ci-dessous.

Quelques questions-clé à se poser lors de la rédaction des finalités…

  • Quelle vision avons-nous, enseignants de la discipline, du jeune ? Où et vers quoi voulons-nous l’amener ?
  • Il y a-t-il une ou plusieurs visions nommées ci-dessus qui nous tient particulièrement à cœur, sur laquelle nous souhaitons mettre l’accent?

Vision du jeune

Valeurs

Un programme n’est jamais neutre ou objectif, ni culturellement, ni politiquement. Il contient, des attentes qui naissent des besoins ou désirs de ceux qui le développent. Les valeurs en tant que telles se manifestent lors de l’application d’un programme, lorsque les attentes sont confrontées à la réalité de la salle de classe. C’est lors des situations d’apprentissage que le jeune est confronté aux valeurs véhiculées par la discipline et celles-ci peuvent alors être explorées, expliquées et intériorisées. 

Quel rapport entre valeurs et visions?

Les valeurs et les orientations sociétales sous-jacentes constituent la base sur laquelle un curriculum est construit. Elles soutiennent les visions, les rendent vivantes et font d’un programme un vrai document « social ». C’est pourquoi le deuxième niveau des finalités traite des valeurs véhiculées par le curriculum. 

Quelques questions-clé à se poser lors de la rédaction des finalités…

  • Quelles valeurs sont au fondement de la discipline ?
  • Sont-elles alignées sur les valeurs démocratiques et orientations sociétales ?
  • Sont-elles transmises et vécues au quotidien dans l’application du curriculum ? Si oui, comment ? Par quels moyens ?
  • Est-ce que ces valeurs soutiennent les visions de l’élève ? 

Compétences-clés

Les compétences-clés sont des compétences complexes qu’un jeune doit développer, pour qu’il puisse participer (et contribuer) dans toutes les pratiques sociétales auxquelles il sera confronté à l’avenir. Les cinq compétences suivantes guident les développeurs de programme dans la rédaction du 3. niveau des finalités

Il faut noter que le développement des compétences clés ne peut pas faire l’objet d’un travail en soi, en dehors de tout contenu de formation. Ces compétences doivent être sollicitées et travaillées à travers l’ensemble des disciplines. Ainsi, les programmes disciplinaires et les activités d'apprentissage sont appelés à contribuer au déploiement des compétences clés en signifiant les apports qu’ils fournissent en termes de développement des compétences clés.

Elles ne sont donc pas spécifiques d’une discipline particulière mais sont sollicitées et travaillées de manière transversales par toutes les disciplines enseignées à l’école. Mettre un curriculum en œuvre, signifie donc veiller à ce que les élèves aient de nombreuses possibilités de développer ces compétences au cours de leur formation.

Quelques questions-clé à se poser lors de la rédaction des finalités… 

  • Quelles sont les compétences-clés particulièrement mises en valeur par le programme? Sont-elles clairement visibles dans les programmes ?
  • Sont-elles communicables et transmissibles 

Compétences Clés

Retour vers Canevas

Retour vers Programme Directeur